Une lacune comblée

Le Willis

Par Christian Peter | ven 18 Octobre 2019 | Imprimer

Voilà près d’un demi-siècle que la firme Opera Rara s’est donné comme mission de redécouvrir et d’enregistrer des opéras du dix-neuvième et du début du vingtième siècle tombés dans l’oubli. Pour son unique incursion dans le répertoire puccinien, l’institution britannique a choisi le premier opéra du compositeur toscan, Le Willis, qui n’avait plus été joué depuis sa création. 

En 1883, Puccini terminait ses études musicales au conservatoire de Milan lorsque Ponchielli, qui était l’un de ses professeurs, l’exhorta à se présenter au concours d’opéras en un acte organisé par l’éditeur Sonzogno. Il lui présenta le poète Ferdinando Fontana qui lui proposa un livret tiré de la nouvelle d’Alphonse Karr Les Willis, elle-même inspiré du ballet Giselle d’Adolphe Adam d’après un argument de Théophile Gautier. L’intrigue repose sur la légende des Willis, créatures fantastiques qui entraînent les amants infidèles dans une danse infernale jusqu’à la mort et comporte trois personnages, Anna, son fiancé volage Roberto et son père Guglielmo. Malheureusement l’ouvrage ne fut même pas classé dans les cinq premiers qui avaient droit à une mention. Cependant Fontana parvint à convaincre le directeur du Teatro Dal Verme de Milan de le représenter et cette fois le succès fut au rendez-vous. L’éditeur Ricordi s’intéressa à la partition dont il acquit les droits et  chargea le compositeur de l’étoffer afin d’en faire un opéra en deux actes. Puccini se remit au travail et entre autres modifications, composa la romance d’Anna « Se come voi piccina » au premier acte ainsi que le monologue de Roberto « per te quaggiù sofferse ogni amarezze » au second. Cette version révisée, créée à Turin quelques mois plus tard sous le titre Le Villi, supplanta la première mouture. En 1885, à l’occasion de la création à la Scala, Puccini ajouta un air pour le ténor « Torna ai felici dì ».

L’intérêt majeur de cette édition est de nous faire entendre la toute première œuvre lyrique du compositeur d’après la nouvelle édition critique de Ricordi, sans les ajouts apportés par la suite, lesquels figurent cependant sur le CD sous forme d’appendices. Durant cet acte unique, la progression dramatique, ininterrompue jusqu’au dénouement final, est plus  efficace et son impact plus évident.

La distribution n’appelle aucune réserve majeure. Brian Mulligan est un Guglielmo au timbre clair et au medium solide. Il campe avec conviction un père attentionné et protecteur pour sa fille unique. Son air de déploration « No ! possibile non è » est particulièrement poignant. Arsen Soghomonyan possède des moyens imposants qui sont surtout mis en valeur dans les pages qui figurent en appendice, en particulier dans la scène finale dont l’écriture est très tendue. Au  cours de l’opéra, on peut regretter que son timbre aux couleurs sombres ne se différencie pas suffisamment de celui du baryton. Enfin Ermonela Jaho spécialiste du répertoire puccinien trouve en Anna un rôle qui convient idéalement à sa voix. Elle incarne avec délicatesse cette jeune fille, fragile et amoureuse dans son duo avec Roberto, qui se transforme ensuite en spectre assoiffé de vengeance dont les imprécations sont pleinement convaincantes.

Sir Mark Elder s’empare avec énergie de cette œuvre dont la partition luxuriante témoigne déjà du talent d’orchestrateur de Puccini, notamment dans les intermèdes symphoniques. La scène finale, particulièrement dramatique est dirigée ici de façon spectaculaire.    

____

Commander ce CD Le Willis

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.