Il matrimonio psichedelico

Intermedi della Pellegrina, Firenze 1589

Par Laurent Bury | ven 06 Mars 2020 | Imprimer

Les fameux intermèdes de La Pellegrina, qui marquèrent en 1589 l’une des dates de naissance possibles du genre opéra, ont déjà fait l’occasion de plusieurs gravures au disque, et récemment Raphaël Pichon y avait puisé pour composer une grande fête musicale assez remarquée. Restait à les faire revivre sous forme scénique, en ressuscitant le faste dont ces spectacles de cour étaient entourés à l’époque. Cela avait déjà été tenté, notamment en 2014 à Dijon, mais côté spectacle, on pouvait rester un peu sur sa faim et regretter la nudité du plateau ou la blancheur uniforme des costumes.

On comprend dès lors que l’annonce du spectacle proposé l’été dernier sur les lieux mêmes de la création au XVIe siècle – le Palais Pitti – ait pu susciter les plus vives attentes. Les six intermèdes seraient en fait donnés dans les jardins de Boboli qui bordent l’édifice : il fallait dès lors renoncer à imaginer machines, trappes et autres procédés théâtraux propres à faire apparaître les créatures et divinités – Sirènes, Parques, Piérides, Apollon, Amphitrite, Arion, Bacchus… – dont il est question dans le texte essentiellement dû à Ottavio Rinuccini (intermèdes I, II, V et VI), à Giovanni de’ Bardi (I et V), à Giovanni Battista Strozzi (III) et à Laura Lucchesini (VI).

Finalement, ce que donne à voir le DVD sorti chez Dynamic quelques mois après la fête s’apparente à une sorte d’événement touristique où l’on voit le public déambuler selon les directives que lui transmettent des porte-drapeaux. La totalité des compositions musicales atteignant à peine une heure, et l’on entend par moment le texte de liaison : un présentateur radio ou télé décrivant l’arrivée des futurs époux, la robe de la mariée, etc. La Pellegrina et ses intermèdes avaient en effet été présentés lors du mariage de Ferdinand de Médicis avec Christine de Lorraine.

Le spectacle monté par Valentino Villa est finalement assez peu spectaculaire, au sens où la seule action qu’il donne à voir est assurée par un groupe de six figurants danseurs, d’abord vêtus en domestiques d’une grande maison, qui manipulent divers objets symboliques (boules de discothèque pour évoquer « l’harmonie des sphères », crânes présentés sous verre, etc.) avant que deux d’entre eux ne deviennent les futurs mariés, qu’on voit tirer à l’arc, jouer au golf et au tennis (enfin, dans une représentation stylisée de ces différents sports), puis danser et évoluer dans les jardins, avant de se fondre à nouveau dans l’équipe de serviteurs. A la toute fin, un groupe d’hommes en costumes renaissance jouant du tambour démontre ses compétences en jonglant avec des drapeaux. Quant au chant, il est assuré par six solistes et un chœur, ce dernier tout de blanc vêtu, en tenue moderne. Les six solistes, eux, nous replongent dans les folles années 1970, avec costumes extravagants aux couleurs psychédéliques, chaussures et perruques non moins hallucinantes. On ne voit pas trop l’intérêt de la chose, mais c’est au moins un moyen de pimenter un peu l’aspect visuel du spectacle. En résumé, il n’y a vraiment pas grand-chose à regarder dans ce DVD, à part, fugitivement, un recoin des jardins de Boboli (notamment la grotte de Buontalenti à la fin).

Du côté de la musique, signée majoritairement Cristofano Malvezzi (intermèdes I, IV, V, VI), en grande partie par Luca Marenzio (II et III),  avec une pincée de Caccini (IV), un soupçon de Jacopo Peri (V) et un sou de Cavalieri (VI), la version dirigée par Franco Maria Sardelli ne manque pas de qualités. La voix des solistes sont bien appariées, et rompues à ce répertoire, même si Rossana Bertini, la soprano que l’on entend souvent s’exprimer seule, semble par instants se noyer un peu dans les cascades de notes qu’elle est censée enchaîner. Le Coro Ricercare est bien à sa place, l’orchestre Modo Antiquo marie élégamment les timbres, mais devant la déception du spectacle, on voit mal ce qui recommanderait ce DVD par rapport aux versions discographiques existantes.

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.